Qualité des fabrications des composants des réacteurs nucléaires : une revue qualité de grande ampleur sur le site du Creusot

En février 2015, dans le cadre de la relecture par le client de dossiers de fin de fabrication de composants forgés pour l’industrie nucléaire, AREVA NP détecte des écarts méthodologiques dans la réalisation d’essais à son laboratoire du Creusot. AREVA NP lance alors une série d’audits qu’elle confie à des équipes internes indépendantes du Creusot mais aussi à un cabinet indépendant. En février 2016, dans le cadre de ces audits, AREVA NP met en évidence des anomalies dans la transcription des documents ainsi que des pratiques inacceptables du point de vue de l’assurance qualité. Après une première phase d’analyse des dossiers dits « dossiers  barrés », à l’automne 2016, AREVA NP constitue une équipe pour passer en revue l’ensemble des dossiers de fabrication de composants nucléaires, identifier les éventuelles anomalies et les traiter en coordination avec les clients et les autorités de sûreté concernés.

Point d’avancement de la revue qualité sur les sites de fabrication à fin mai

Début septembre 2016, AREVA NP avait décidé d’étendre la revue qualité en cours sur son site du Creusot à l’ensemble des dossiers concernant des composants nucléaires fabriqués sur le site. La revue était  également étendue à l’été aux sites de fabrication du groupe à Saint-Marcel et à Jeumont. À date, l’audit progresse conformément au planning défini avec les clients et les autorités de sûreté concernés dans le monde entier.

Pour analyser les 6 000 dossiers de fabrication du site du Creusot, une équipe dédiée est montée en puissance depuis l’automne 2016. Elle compte en mai 2017 plus de 170 personnes. Cette équipe contribue à l’inspection page à page des dossiers, apporte son expertise technique pour classer et caractériser les écarts identifiés et assure leur traitement (justification, émission de la fiche d’écart) et l’information des clients concernés. Plus de 2,4 millions de pages sont en cours de numérisation et d’analyse par cette équipe. La priorité est donnée aux pièces équipant des réacteurs en exploitation ainsi que les réacteurs EPR en construction.

Les écarts identifiés font l’objet d’une caractérisation, puis sont traités en coordination avec les clients et les autorités de sûreté concernés. Ces écarts peuvent être soit des anomalies documentaires (erreur de recopie, document manquant...) soit des pratiques non conformes au système d’assurance qualité de l’usine, aux spécifications techniques des clients ou à la réglementation. Dans un dossier qui compte 400 pages en moyenne, on peut identifier plusieurs écarts.

Listes des communiqués et publications externes